top of page
  • Photo du rédacteurMaelle Chardonnens

Comment la naturopathie peut soigner les ulcères chez le cheval ?

Dernière mise à jour : 13 févr.

Les ulcères chez les chevaux sont extrêmement courants. Certaines sources avancent qu'entre 50 et 90 % des chevaux seraient atteints. Que ce soient des poulains, des chevaux de loisir ou de sport ou, en particulier, ceux de courses, aucune "catégorie" ne fait exception. Le but de cet article est de vous en apprendre un peu plus sur les ulcères (symptômes, traitement, etc.) et de vous donner différents outils pour les prévenir et pour les traiter.


Les ulcères gastriques, chez le cheval, sont des lésions plus ou moins profondes de la paroi de l'estomac. Au niveau anatomique, l'estomac du cheval est séparé en deux parties : celle du bas et celle du haut. Dans la partie du bas, l'acide chlorhydrique, responsable de la digestion, est sécrété en continu. Mais les parois gastriques sont protégées par une « couche protectrice » (mucus). Inversement, la partie supérieure est, quant à elle, vulnérable à l’acidité.C'est pourquoi, la majorité des ulcères gastriques sont observés sur la partie du haut ou à l'intersection des deux parties. Pour diverses raisons, il peut y avoir un déséquilibre. Le mucus viendra alors à manquer et l'estomac sera plus vulnérable à l'acidité. Il y a différentes causes qui peuvent provoquer ce déséquilibre :


  • Le stress

  • Un estomac vide

  • Les parasites intestinaux

  • Une alimentation riche en céréales

  • Des anti-inflammatoires (dose prolongée et/ou forte dose)

  • Un exercice intense



Le seul moyen de diagnostic fiable est de recourir à une gastroscopie (introduction d'une petite caméra dans l'estomac en passant par le nez).


Cet examen devient important lorsqu’il y a la présence de plusieurs symptômes décrit ci-dessous :


  • Réaction (essaie de mordre, lève la tête,...) lors du sanglage ou lorsqu'on touche le ventre

  • Crottins mous ou diarrhée

  • Amaigrissement

  • Mauvais état général, p. ex. : poil piqué ou terne

  • Bâillements répétés

  • Mauvaise humeur ou changement de comportement

  • Appétit capricieux

  • Grincement des dents (=Bruxisme) : signe typique de douleurs à l'estomac

  • Signe de colique

  • Fatigue

  • Etc.


Cependant, il arrive aussi que certains chevaux ne montrent aucun symptôme. C'est pour celà que la maladie peut passée inaperçue durant de longs mois.


Le vétérinaire pourra alors vous proposer un traitement avec le Gastrogard®, une sorte de pâte à administrer quotidiennement. Une nouvelle thérapie par injection est en train de voir le jour. Il suffit alors que le vétérinaire injecte la solution une fois par semaine jusqu'à disparition des ulcères. Une gastroscopie confirmera alors la guérison du cheval.

Que peut apporter la naturopathie aux chevaux qui souffrent d'ulcères ?


Le meilleur moyen d'aider les chevaux est de prévenir l'apparition des ulcères. Qu'on soit naturopathe ou vétérinaire, les conseils préventifs devraient être similaires :


  • Proposer du foin à volonté ! Peu importe que le foin soit dans un filet ou poser à même le sol, l'essentiel reste que le cheval puisse manger en permanence. Même s’il va au pré ou dans un paddock où il n'y a pas ou peu d'herbe, du foin doit lui être mis à disposition. De fait, le cheval ne doit pas être sans nourriture plus de 3 heures. En effet, l'estomac a un tout petit volume et se vide très rapidement, en 3 heures environ. Une fois vide, l'acidité peut à nouveau commencer à endommager les parois de l'estomac.


  • Limiter un maximum le stress ! Et pour cela, rien de mieux que d'offrir à son cheval un mode de vie au plus près de ses besoins : contact avec ses congénères, accès au parc quotidiennement, avoir la possibilité de se déplacer librement, etc. Parfois, des changements dans l'aménagement de l'écurie sont à prévoir. Pour certains chevaux, les passer du boxe/parc à une détention en stabulation libre peut s'avérer nécessaire. De plus, il faudra aussi limiter les événements stressants pour le cheval (concours, transport, etc.)

  • Éviter les céréales dans l'alimentation du cheval ! La présence, en grande quantité, d'amidon et de sucre dans les granulés augmentent l'acidité de l'estomac. Dans tous les cas, qu'on décide de donner une alimentation avec ou sans céréales, il convient de la donner après la ration de foin, en petite quantité (maximum 0.4 % du poids vif du cheval par jour). Cette manière de procéder permet d'augmenter la salivation et donc la production de mucus, qui va donc protéger les parois de l'estomac. De manière générale, il est conseillé de supprimer complètement l'avoine de la ration. En revanche, si vous voulez apporter un complément intéressant dans l'alimentation de votre cheval, la luzerne est adéquate. En effet, elle semblerait avoir un effet neutralisant dans l'estomac.

  • Revoir les entraînements de son cheval ! Le but est que le cheval ne soit pas dans un état de stress et qu'on ne lui demande pas d'effort intensif. Avant les entraînements ou les balades, il faudra aussi s'assurer que le cheval n'aille pas le ventre vide.



Si le cheval montre des signes d'ulcères, la première chose à faire est de demander une gastroscopie à son vétérinaire. Lui seul est en mesure de poser avec certitude le bon diagnostic.

Le rôle du naturopathe sera de trouver la cause et de la traiter afin d'éviter des récidives. Est-ce que le cheval a beaucoup de stress ? Est-ce qu'il a une faiblesse à quelque part ? Est-ce qu'il a d'autres problèmes de santé ? Est-ce qu'il y a un déséquilibre au niveau énergétique ? Ensuite, selon son ressenti et son analyse, le-la naturopathe proposera des soins qui sont adaptés aux besoins de l'animal. Il-elle mettra également en place des conseils au niveau de l'hygiène de vie de l'animal (alimentation, détention, gestion du stress, ect). Le travail du naturopathe est complémentaire à celui effectué par le vétérinaire.

Je ne peux pas donner de recette miracle, car chaque individu est différent et comme je l'ai déjà mentionné plus haut, le traitement doit s'adapter à la cause.

Voici quelques pistes de remèdes naturels qui peuvent soigner ou accompagner le traitement des ulcères :

  • Jus d'aloé vera

  • L'argile ou le kaolin

  • La Réglisse

  • Le Curcuma

  • Le Petit Plantain

  • Accupressure

  • Shiatsu

  • Massage

  • Soins énergétiques

  • De la phytothérapie pour détendre un cheval anxieux

  • ...


Si vous désirez soigner votre cheval avec un remède ou une thérapie naturelle, il est important de faire vérifier son efficacité après le traitement par une gastroscopie. Cette démarche se fait également si le cheval est traité par le Gastrogard®.

Pour conclure, offrir des conditions de vie et une alimentation adaptée au cheval s'avère toujours bénéfique pour prévenir les pathologies. De plus, vous aurez un animal plus disposé à interagir avec vous.

Maëlle

Patturonat – NaturopathieAnimale

info@patturonat.ch

www.patturonat.ch


#naturopathieanimale #patturonat #chevaux #cheval #ulcèresgastriques #stress #aloevera #phytothérapie #réglisse #curcuma #shiatsu #massage #accupuncture #holistique #santéanimale #bienêtre

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page